Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 16:09

Après l'article de la semaine dernière posant quelques questions par rapport à la crise syrienne (Syrie : que faut-il faire ?), Samir Arabi, Toulousain d'origine syrienne, porte parole du mouvement de soutien aux Syriens sur Toulouse, et Philippe Raimbault, directeur de Sciences Po Toulouse et professeur de droit international public ont tenté d'apporter certaines réponses.

 

Source : "Voix d'actu" (Siméon Chamard, Romain Brugière, Thibaut Lengaigne)
Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 14:03

 

http://www.rue89.com/sites/news/files/styles/asset_img_full/public/assets/image/2011/07/1107_libye_sarkozy_inside.jpgDossier d'Actualité: Que reste-t-il de la Libye aujourd'hui?

 

Retour sur les débuts de la guerre

Février 2011, en plein Printemps Arabe c'est au tour de la Libye de connaître de forts troubles intérieurs. Mouamnar Kadhafi, sentant un danger imminent sur son régime décide de mater rapidement la révolte montante provoquant une indignation de la Communauté Internationale. L'OTAN menée par la Grande-Bretagne et la France vont intervenir militairement contre le régime pour libérer le pays à l'aide du Conseil National de Transition (CNT) Libyen qui représente la force intérieure de libération.

 

La fin du régime de Kadhafi

Le 23 octobre, le régime tombe dans une guerre qui semble avoir fait consensus. Néanmoins, la situation critique du pays actuellement nous pousse à conclure que l'intervention a soit été hâtive et mal préparée ou alors qu'elle a servi d'autres intérêts que ceux du peuple Libyen.

 

Un pays décimé

Premièrement, un des paradoxes de la guerre en Libye est l'installation d'un régime islamiste radical à Tripoli alors que la France est actuellement en guerre contre les mêmes mouvances en Afghanistan. En effet, la première décision du CNT et de Moustapha Abdeljalil a été de rétablir la Charia. Sans doute vous ne connaissez pas ce bonhomme et pourtant c'est le même qui avait retenu les infirmières bulgares libérées par Cécilia Sarkozy (sic). De plus le fait que l'OTAN ait armé les rebelles libyens se retourne actuellement contre la volonté d'installer un régime stable. Dans son dernier numéro, l'Express signe d'ailleurs un article où il décrit la situation actuelle en Libye comme un « cauchemar politique » où « plus aucune autorité ne règne sur le pays, les milices s'entre-déchirent et le spectre de la partition menace l'unité nationale ».

T D

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 09:39

http://le-dietrich.fr/images/films/film_317/1264344364_317.jpg« Devenir Suisse n’est pas un droit, c’est un honneur ».

Dans les années 1970, en Suisse, le climat est lourd en ce qui concerne la question des étrangers. Alors que l’immigration explose, le parti des Démocrates suisses (nom bien peu évocateur de l’idéologie politique qu’il supporte) lancent plusieurs initiatives populaires « contre l’emprise étrangère ».  

1969, 1972, 1974. Pas moins de 4 initiatives visant à limiter à 10% la proportion des étrangers au sein du pays (aujourd’hui ce taux approche les 22%) ou à restreindre l’accès à la nationalité sont soumis au vote des Suisses successivement. Toutes refusées à plus de 65%, cet acharnement du populiste James Schwarzenbach pousse Rolf Lyssy, réalisateur juif marqué par la guerre, à dénoncer l’absurdité de la politique d’immigration suisse et de son processus de naturalisation semé d’embuche.

On suit alors Moritz Fischer (Emil Steinberger) et Max Bodmer (Walo Lüönd), deux officiers de la police cantonale zurichoise, dans leur investigation policière visant à s’assurer de l’intégration des candidats à la nationalité suisse.

Ces candidats, et les personnages qui les interprètent, sont représentatifs de la population étrangère de l’époque : un communiste italien marié à une Tessinoise cherchant à échapper au chômage de masse dans son pays, un couple de médecins français obligés d’obtenir la nationalité pour s’installer à son compte et une danseuse yougoslave dont les parents sont nées en Suisse et qui souhaite simplement obtenir la nationalité du pays où elle a vécu. Et d’ailleurs, tous représentent, aux yeux des extrémistes, une aversion que l’on porte aux étrangers : communisme, opportunisme ou improductivité.

Tout ceci n’est bien entendu pas sérieux, et le film est construit comme une satire.

Le film met en scène les différents candidats dans leurs tentatives désespérées de se faire bien voir, avant l’entretien ultime devant la commission nationale des naturalisations : cours de suisse-allemand, préparation de la parfaite fondue,  balade le long du lac de Zürich... l’officier Bodmer, conservateur exigeant, ne cessant de les tester. La paradoxe final étant l’image de la danseuse yougoslave, plus suisse que suisse, renonçant à la nationalité pour vivre sa vie autrement.

Le Faiseur de Suisses est un succès national rassemblant pratiquement un million de spectateurs (dans un pays d’à peine 6,5 millions d’habitants). Aujourd’hui encore, la naturalisation suisse est un véritablement cheminement, on ne devient jamais Suisse par hasard. Mais le pays vous le rend bien. Voilà ce dont on retient de ce film

 

Le Faiseur de Suisses (Die Schweizermacher), Rolf LYSSY, 1979

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 12:57

 

         http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0e/Bundesarchiv_Bild_146-2005-0177%2C_Anschluss_sudetendeutscher_Gebiete.jpg   Au petit matin du 13 mars, Hitler ordonne aux troupes allemandes de pénétrer sur le territoire autrichien.

Suite à un coup d’État deux jours plutôt, les nazis d’Autriche avaient ouvert la voie à Hitler au sein de la population autrichienne, qui l’accueille chaleureusement, ainsi que ses soldats, lors de la visite de sa ville natale Braunau-am-Inn.

Plus tard, un plébiscite est organisé en Allemagne pour juger du « rattachement » de l’Autriche : 99% se prononcent pour une Autriche intégrée au Reich.

Ce n’est pour Hitler qu’une seconde victoire. Après avoir remilitarisé la Rhénanie en 1936, le Führer détruit peu à peu tous les principes contenus dans le traité de Versailles qu’il voit comme un Diktat allié. D’ailleurs, les réactions de la France et de l’Angleterre ne seront que diplomatiques. Aucune mesure ne sera prise à l’encontre de l’Allemagne pour cette violation d’un traité enregistré à la Société des Nations. 

Il paraît évident, ce 13 mars 1938, qu’après le retour de la Sarre, la souveraineté retrouvée en Rhénanie et l’Anschluss, l’Allemagne a débuté la confection de son Reich pangermaniste au sein duquel devraient se retrouver non seulement l’ensemble des populations germanophones d’Europe mais également un large espace vitale permettant le développement du pays.

La Tchécoslovaquie (dont la population se compose à 24% d’Allemands), qui comptait depuis 1923 sur les garanties de ses frontières par les Alliées,  sent la menace hitlérienne peser de plus en plus sur elle. Le gouvernement suisse, et ses 73% d’administrés germanophones, accélère les dépenses en matières d’armement qui atteignent en 1939 près de 50% des dépenses de l’Etat. Benito Mussolini laisse faire Hitler, son allié, malgré ses profondes craintes d’une action militaire contre son pays. Malgré tout cela, les alliés n’interviennent pas. Et ils ne le feront qu’après la dissolution de la Tchécoslovaquie, la disparition de la Pologne, l’invasion du Danemark et l’intrusion en Norvège.

Il était déjà trop tard.

Images: "Wir danken unserm Führer"  Nous remercions notre Führer. Frontière germano-autrichienne, octobre 1938

P.C

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 21:53

La situation actuelle en Syrie appellent de nombreuses questions.


Depuis le mois de mars 2011, des opposants manifestent contre le régime de Bachar Al-Assad. Au départ à Deraa puis à Hama, Homs, Lattaquié (1) les contestataires gagnent de plus en plus en de terrain et d'adhérents. De l'autre côté selon le pouvoir en place, le mouvement est composé de "terroristes" à frapper et à éliminer.

 

Dans la foulée des manifestants en Tunisie, Egypte,  Libye et autres , les opposants syriens réclament "davantage d'éthique, de liberté, moins de corruption" toujours selon l'analyste franco-libanais.

 

Aujourd'hui on a l'impression que la situation est au point mort : les forces fidèles au régime pilonnent selon des sources sur place depuis maintenant un mois la ville d'Homs, phare de la contestation tandis que l'Armée Syrienne Libre (ASL) tente de répliquer et les manifestations se poursuivent chaque vendredi dans le pays.

 

                 Face à cet état des lieux : que faire ?


Les images fournies par Youtube ou Facebook touchent évidemment notre conscience et nous pousse à envisager une intervention. Humanitaire, militaire ? (ou se situe la frontière ?) Est-elle déjà possible au vue de la situation géopolitique de la région (cf. carte) ? Et surtout ne constituerait-elle pas une ingérence interdite dans les principes de la Charte des Nations-Unies (article 7 alinéa 1) ? 

 

http://www.linternaute.com/voyager/destination/syrie/carte_syrie.gifDe plus la "guerre juste"  -théorisée par les penseurs catholiques comme Saint Augustin ou encore  Saint Thomas d'Aquin- ou encore une intervention "humanitaire" semble être une douce utopie (quid du Kosovo, de l'Irak,...?). "Jamais au cours de l'Histoire de l'Humanité passée et présente on a assisté à un acte supposé d'intervention "humanitaire" avec pour but exclusif ou principal d'éviter une situation de violation massive et systématique des droits de l'Homme" affirmait par exemple Daniel Sanchez Rubio de l'Université de Séville en 2004. Dans la même veine, Georges Monbiot, éditorialiste au Guardian, pensait au sujet de la guerre d'Irak en 2003 que "les puissances n'ont pas d'impératifs moraux mais des impératifs stratégiques." La réunion au Medef de plus de 400 entreprises au sujet de l'investissement en Libye (2) ainsi que le voyage à Tripoli de près de 90 entreprises françaises début Octobre appuie ce raisonnement (3).

 

L'argument humanitaire aussi louable soit-il n'est-il pas par conséquent un prétexte pour un pays afin de mener à bien sa politique étrangère et économique ?


T. L.


(1) Pourtant Lattaquié est la province à majorité alaouite du pays, ethnie au pouvoir actuellement, ce qui démontre le caractère unitaire et non communautaire du mouvement. Comme l'a souligné un analyste franco-libanais : "Aujourd'hui les Syriens se révoltent au-delà des clivages communautaires".
(2) "Après s’être engagée militairement en Libye, la France attend un retour économique . Près de 400 chefs d’entreprises français ont participé mardi au Medef à une réunion d’information sur la Libye. But annoncé, mieux appréhender les perspectives d’investissement et participer à la reconstruction libyenne . Etaient présents à cette réunion plusieurs directeurs des groupes du CAC 40, comme Alcatel, Alstom, Peugeot, Total, Bouygues ou Vinci, ainsi que des patrons des PME." Europe 1, 6 septembre 2011
(3) "Les entreprises françaises à la conquête de la Libye. Les représentants de quelques 80 sociétés, PME et grands groupes, sont à Tripoli le 12 octobre pour prendre contact avec les nouvelles autorités du pays et tenter de défendre leur place sur l'immense marché de la reconstruction." RFI, 12 octobre 2011

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 12:06

Les élections législatives iraniennes, trois ans après que reste-t-il de la Révolution Verte? (question TF1)

Réponse: pas grand chose, ce n'est plus la question...

 

http://www.francetv.fr/info/image/74r50da2i-e7eb/570/320/367429.jpgLes enjeux des élections législatives iraniennes sont totalement différents selon le point de vue dans lequel on décide de se placer. Pour les défenseurs des droits de l'homme et pourfendeurs de la première heure des élections de 2009, l'attente se situe autour des réformateurs et de leur réaction avec ces nouvelles élections. Un résultat qui va sembler décevant puisque le débat ne va pas se situer sur cet enjeu, en effet les mouvements de contestation du régime ont boycotté ce scrutin dénonçant les actes de répression qu'ils subissent depuis la réélection d'Ahmadinejad.

Par conséquent, le grand clivage va se réaliser entre les lignes politiques conservatrices de l'ayatollah et d'Ahmadinejad. Mais cela est aussi la preuve d'une dissension grandissante surtout quand l'on entend une faction pro-ayatollah déclarer que l'élection a « pour objectif de mettre à l'écart la bande d'Ahmadinejad ». Des luttes politiques sur un fond économique sans nulle pareille, les sanctions que l'Iran continue d'encaisser pèsent énormément sur le comportement des 48 millions d'électeurs iraniens. Surtout quand ces derniers viennent d'apprendre les nouvelles pressions de Washington en février (sanctions financières et restrictions de visas). Et ce sur un contexte périlleux de tensions avec Israël, de guerre civile (osons le terme!) en Syrie et d'une AIEA perdant patience face aux injonctions du régime iranien.

Le régime iranien étant au bord de la guerre, il n'est pas donc pas question de laisser l'opposition désunir le mouvement d'union nationale et de mobilisation nationale en cas de conflit armé, cqfd.

 

T D

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:40

Manuel anti-sondages : La démocratie n'est pas à vendre ! Alain Garrigou, Richard Brousse (L'Observatoire des sondages), La ville brûle, 2011

 

C'est Marine Lhttp://www.observatoire-des-sondages.org/IMG/jpg/c1-web-sondages2.jpge Pen qui se targue sur tous les plateaux de télévision de représenter 40% des ouvriers, c'est Hervé Morin, Jean-Pierre Chevènement ou encore Christine Boutin qui sur leur base stoppent leur campagne présidentielle, c'est enfin le pain quotidien des quelques éditorialistes, politologues et autres commentateurs de la vie politique.
    On le voit, les sondages occupent une place non négligeable aujourd'hui dans l'espace public. C'est en ce sens que l'Observatoire des sondages (emmené par Alain Garrigou et Richard Brousse en tête) affirme qu'une "critique citoyenne des sondages est plus nécessaire que jamais."


Les deux auteurs dénoncent le fait que la politique est devenue "une course de chevaux [...] [Et] en politique, contrairement à ce qui se passe sur les hippodrommes, les commentateurs aident ou pénalisent considérablement les concurrents. La compétition est-elle alors démocratique ? Est-elle même complétement loyale ?"
Il est également question dans ce Manuel très complet et instructif de près de 200 pages de la fabrication (forme des questions, interrogatoire physique, par téléphone, internet, statut des sondeurs,...) d'un sondage  de la possibilité au cours des enquêtes d'obtenir un certain nombre d'artefacts ("Fait ou évènement produit par l'instrument de mesure censé mesurer ou évaluer l'existence dudit évènement) de la fatale marchandisation de l'opinion publique (existe-elle d'ailleurs ?) avec l'arrivée de l'Internet. Ce qui peut constituer un danger pour la démocratie -reprenant ici les termes de Maurice Druon qui affirmait dans un article du Monde en 1972 que les sondages étaient une pollution pour la démocratie (enlève la noblesse du vote, geste "gratuit"). Enfin l'on peut retrouver en annexe des réponses claires et précises sur les arguments des sondeurs contre la critique de leurs résultats.


    Critique qui s'avère on ne peut plus nécessaire au vue de leur importance. Patrick Champagne dans un article paru en 1995 repris par le manuel affirmait d'ailleurs : "Le poids des sondages dans l'esprit des responsables politiques, et plus généralement dans le fonctionnement général de la vie politique, est devenu aujourd'hui considérable : réalisés en permanence, confortés les uns par les autres, ils tendent à avoir plus d'existence politique que les procédures électorales institutionnelles normales."

 

T. L.

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 11:34

http://themeducinema.free.fr/GUERRE33/Reichstagsincendie.jpgQuelques jours avant une élection décisive pour Adolf Hitler, chancelier de la République de Weimar, le siège du Parlement allemand prend feu. Attisé par des produits hautement inflammables, le bâtiment néo-classique achevé à la fin du XIXe siècle se consume lentement dans la nuit.

La police, déjà sous le contrôle de Hermann Göring, arrête un citoyen néerlandais, Marinus van der Lubbe. Âgé d’une trentaine d’année, le jeune maçon voyage à travers l’Europe tentant en vain d’entrer en Union soviétique.

Pris sur le fait selon la Police, le jeune homme est arrêté sur le champ. C’est l’escalade. Communiste notoire, van der Lubbe sert de prétexte à Hitler pour faire arrêter les leaders socialistes et communistes. En faisant pression sur un président Hindenburg vieillissant, il réussit à faire prendre des décrets liberticides : censure puis fermeture des journaux socialo-communistes et arrestation des opposants aux nazis. Envoyés dans des camps de concentration politique, la barbarie hitlérienne est officiellement inaugurée.

Après une enquête biaisée et mal menée (erreurs dans le procès verbal, interrogatoire menée sans interprète néerlandophone), Van der Lubbe subit son procès où il ne parle que pour se déclarer coupable, manipulé par les nazis ou bien drogué, c’est ce qu’ont pu affirmer les observateurs étrangers de l’époque. Le jeune homme est décapité le 10 janvier 1934.

Aujourd’hui, on estime qu’il eut été incapable de déclencher un tel brasier. Une thèse soutenant qu’on l’avait introduit dans le Palais, drogué, puis mis volontairement feu au bâtiment. Une fois sorti, les policiers auraient retrouvé Van der Lubbe errant, vraisemblablement coupable du crime.

D’autres individus avaient également été stoppés sortant du bâtiment, extrémistes de droite, ils furent rapidement relâchés.

A croire que la lumière ne sera probablement jamais faite sur cet incendie. Pourtant, aux vues des événements ultérieures, le crime a visiblement profité aux Nazies qui remportent les législatives de mars 1933.

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 00:23

Le pari pascalien de François Mitterand.

 

Ce que l'on nomme communément la construction européenne de nos jours est le fruit, mûr pour certain, pourri pour d'autre, d'une longue et passionnante aventure historique. Justement, cette Europe est bien le résultat d'une pensée imprégnant les hommes, impulsée par eux et inscrite dans l'histoire. C'est pourquoi il paraît plus que judicieux de faire un bref saut dans le passé pour comprendre le présent notamment à travers le président qu'était François Mitterrand. Cet homme apparaît, avec un peu de recul, être un acteur majeur incontournable d'une certaine idée de l'Europe. Jean Pierre Chevènement nous livre son analyse de l'homme Mitterrand dans son livre La France est-elle finie? pour que nous ayons les clés nous permettant de connaître et comprendre notre passé!

 

-La psychologie mitterrandienne: un élément explicatif du pourquoi!

                                       http://www.masonique.eu/wp-content/uploads/2011/05/mitterrand.jpg

Il ne sera question ici que de la vision européenne de François Mitterrand et non de ses voltes faces, postures, combinaisons qui ont jalonné sa "carrière politique".

Le pari pascalien de Mitterrand peut se résumer ainsi:" le pari grandiose d'un au-delà des nations appelé "Europe"". La première chose à savoir est de connaître l'origine de ce pari?

D'après Chevènement, suite à l'échec du plan de relance de 1981 et à l'alignement sur les standards économiques de l'époque, l'Europe était le seul moyen pour François Mitterrand de donner un sens à son premier mandat et "ce fût encore plus vrai pour le second".

Pour autant, même si ce dessein est devenu l'objectif majeur de cet homme, il devait être motivé par une expérience, une idée, une vision de la France ainsi que d'un diagnostic de ces maux pour lui apporter une médicamentation adaptée.

L'Homme Mitterrand était un être extrêmement complexe c'est pourquoi il faudrait disserter pour expliquer en profondeur sa psychologie. Nous avons tout de même des éléments solides, d'après

Chevènement : "De Gaulle avait été l'Homme de la France(...) François Mitterrand voulait être l'homme de l'Europe", en étant l'homme de l'Europe, il laissait une trace indélébile de son action, action d'autant plus importante qu'elle annonçait, traçait une nouvelle voie pour notre pays. Cette conviction prenait tout son sens du moment que Mitterrand ne croyait plus en la France après en avoir pris la "mesure", en atteste cette confidence faite à Jean-Pierre Chevènement en 1979 : "elle ne peut plus, hélas, à notre époque, que passer à travers les gouttes".

Toutefois cette volonté d'Europe convertie avec les divers traités européens n'est que l'aboutissement institutionnel de quelques actions d' hommes frappés par leur époque...

 

-Une Europe étant le fruit du passé, pensée dans le présent, complétée dans le futur.

                                   http://www.marocagriculture.com/images/2011/12/UE.jpg

Un des éléments fondateur de l'union européenne c'est la condamnation, la hantise, l'épouvante suite au nouveau choc de la deuxième guerre mondiale marqué par des innovations en termes de cruauté et barbarie humaine. Le désir de paix était indiscutable et faire l'Europe paraissait la meilleure chose pour dépasser les querelles entre Etats.

Déjà, après le traumatisme de la première guerre mondiale, l'idée européenne avait déjà surgie! C'est Aristide Briand qui parlait de "mise de la guerre hors la loi" en 1928, avec le pacte Briand-Kellog. Il parlera même marché commun et communauté européenne!

Les hommes qui ont construit l'édifice de l'unité européenne le faisait dans l'objectif d'en finir définitivement avec la guerre qui a ravagé par 2 fois le continent européen!

Pour autant on voit à travers cette construction les traces de l'époque ultra-libérale puisque l'UE a véritablement pris forme en 1992 avec comme principe un libre marché où règne la concurrence libre et non faussée, on y libéralise les mouvement de capitaux, d'hommes et de marchandises aussi bien à l'intérieur de la zone qu'à l'extérieur (avec des nuances tout de même). La monnaie unique, établie avec comme objectif principal de la lutte contre l'inflation était dès le début une monnaie allemande, obéissant aussi à une vision libérale de l'économie.

En d'autres termes, en analysant le cœur économique européen, on s'aperçoit que la mise en place du processus institutionnel s’est faite sur des croyances de l'époque, venues d'outre atlantique, à savoir le libéralisme thatchérien et reaganien... La poursuite de la construction européenne sera donc marquée par des valeurs de notre époque! La crise étant passée par là, peut être assisterons nous à un changement de modèle ou à une accélération du processus d'uniformisation sans tenir compte de l'avis des peuples...là est la question mais c'est un autre débat.

 

J.B.

 

 


Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 08:09

http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/02101/borgen_2101940b.jpgMême si la campagne présidentielle française n’a pas eu besoin d’attendre l’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy, la course est désormais belle et bien lancée. La France va momentanément se recentrer sur elle-même, le palais présidentiel parisien devenant pour un temps le centre du Monde.

Bonne raison pour s’échapper des promesses électoralistes et s’imprégner de la réalité politique via la série TV diffusée par Arte que vous présente aujourd’hui De Jour en Jour.

La tableau est simple : l’histoire débute sur les résultats des élections législatives au sein du Royaume du Danemark. Sur fond de scandale politique, le parti libéral perd les élections. Grâce à un discours audacieux, Birgitte Nyborg la centriste rafle le plus grand nombre de siège au Folketing, le parlement danois. Nommée par la Reine pour former un gouvernement, cette femme doit gérer les appétits des grands partis et les pressions des journalistes, particulièrement les questions incisives de Benedikte Hansen, l’investigatrice prometteuse de la première chaine nationale.

Véritable succès au Danemark, Borgen (surnom donné au bâtiment de Copenhague qui réunit le parlement, le bureau du premier ministre et la cour suprême) aborde un large spectre d’aspects de la Politique : le pouvoir législatif, l’Exécutif, les médias mais aussi la communication, véritable machine à (con)vaincre au sein de nos démocraties libérales.

Regarder Borgen est une ouverture à l’exotisme : alliances politiques (le parlement danois est élu à la proportionnelle), rigueur morale, implication personnelle... On s’affranchit de nos réalités franco-françaises pour entrer sur le ring politique danois, loin d’être de tout repos. On passe par l’épineuse question groenlandaise, les transits camouflés de prisonniers américains, les scandales financiers mais aussi les nombreux dérapages verbaux sans négliger les  combats pour la liberté de la presse, si chère à nos voisins nordiques.

Malgré quelques développements classiques dans ce type de série, Borgen aborde des sujets tout à fait novateurs et pertinents. La série souligne la moralité des deux personnages féminins qui tentent de la préserver à tout prix, ainsi que l’adéquation entre destin national et vie personnelle.

Pour tous les déçus de la politique française, une authentique cure de rafraichissement. En politique danoise, même seul, tout devient possible. Attention toutefois aux conséquences.


Borgen, par Adam Price, diffusé tous les jeudis à 20h35 sur Arte

 

 

Photo: Birgitte Nybord (Sidse Babett Knudsen), leader du parti centriste, devient la première femme premier ministre du Danemark.

 

P.C

 

Repost 0
Published by De Jour en Jour, La Politique Au Quotidien
commenter cet article

Présentation

  • : De Jour en Jour, La Politique au Quotidien
  • De Jour en Jour, La Politique au Quotidien
  • : Grâce à l'étude d'évènements politiques ayant fait date dans l'Histoire Française et internationale, puissions-nous mieux appréhender le monde d'aujourd'hui et respecter le mot de Paul Valéry : « L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir ; mais associée à l'indépendance de l'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.» Ainsi, vous pourrez retrouver chaque semaine plusieurs rubriques historiques et politiques.
  • Contact

Planning

Mardi : « Le Rendez-vous de l'Histoire »
Mercredi : « L'instant culturel de la semaine »

Jeudi-Vendredi : « Le grand débat de la semaine »
Samedi-Dimanche : « La course à l'Elysée »

La rédaction

Teddy Dekimpe, Thibaut Lengaigne, Paul Cébille, Eddy Eon et Julien Boudenne.

Les critiques, avis personnels et publications ne regardent que l'auteur concerné (qui en est de fait l'unique responsable).

Nous contacter....

Posez vos questions, remarques et proposez-nous des sujets à traiter en nous envoyant un mail à dejourenjour.leblog@gmail.com

 

Retrouvez-nous sur Facebook: Page dejourenjour.com sur Facebook

Semaine François Mitterrand

INSIDE JOB

Inside Job

Quel avenir pour le Bac?

Affiche-Baccalaureat.jpg

Le Service Militaire

Affiche-Service-militaire.jpg